- ETYMOLOGIE
- HISTOIRE
- FINALITE
- TATOUAGES CONTRAINTS
- PROCEDURE

ÉTYMOLOGIE

Le mot vient du tahitien tatau, qui signifie marquer ou dessiner. La racine du mot, ta renvoie aux verbes frapper, inciser. Le Docteur Berchon, traducteur du deuxième voyage de Cook vers Tahiti en 1772 employa pour la première fois le mot Tatoo. En 1858, le mot fut officiellement francisé en Tatouage et fit son apparition dans le dictionnaire de Littré.

HISTOIRE

Tatouer est une pratique attestée en Eurasie depuis le néolithique. « Ötzi », l'homme des glaces découvert gelé dans les Alpes italo-autrichiennes est mort vers -3 500. Il arbore des tatouages thérapeutiques (petits traits parallèles le long des lombaires et sur les jambes). Le bassin du Tarim (Xinjiang en Chine) a révélé plusieurs momies tatouées de type physique européen. Encore mal connues (les seuls travaux accessibles en langue occidentale sont ceux de J. P. Mallory et V. H. Mair, The Tarim Mummies, Londres, 2000), certaines d'entre elles pourraient dater de la fin du 2e millénaire avant notre ère. Trois momies tatouées ont été extraites du permafrost de l'Altaï dans la seconde moitié du XXe siècle (l'Homme de Payzyrk dans les années 40 ; défunts du plateau d'Ukok dans les années 90). Leurs tatouages mettent en œuvre un répertoire animalier exécuté dans un style curviligne virtuose.

Le tatouage sera mal considéré dans la culture occidentale à cause des condamnations judéo-chrétiennes qui l'entourent : Levitique 19:28 (Ancien Testament) "Vous ne vous ferez pas d'incisions sur le corps à cause d'un mort et vous ne ferez pas dessiner des tatouages sur le corps. Je suis l'Eternel." (Rites pratiqués par les Egyptiens et certains peuples du Moyen-Orient)

Les Européens ont redécouvert le tatouage lors des explorations dans le Pacifique sud avec le capitaine James Cook dans les années 1770 et les marins en particulier étaient particulièrement identifiés avec ces marques dans la culture européenne jusqu'après la Seconde Guerre mondiale. Ces mêmes marins européens se tatouaient souvent un crucifix sur tout le dos afin de se prémunir de la flagellation en cas de punition. Car c'était un crime que de défigurer une image pieuse...

Ce système d'identification était aussi un moyen sur et efficace de renseignement des fiches des forces de police sur la pègre avant l'arrivée de la photo d'identité. Les fiches de polices jusqu'au XIXe siècle comportaient la signalisation et la description de chaque tatouage qui permettait ainsi de caractériser sans erreur un individu.

Haut de page

FINALITE

Les raisons pour lesquelles les gens choisissent d'être tatoués sont diverses : identification à un groupe, cosmétique, rituel religieux et utilisations magiques sont les plus fréquentes. Aussi, la sociologie du corps les tient pour un objet d'étude important.

À l'origine ces marques sur la peau étaient des signes d'appartenance à un groupe : religieux chez les Maoris, de pirates, d'anciens prisonniers ou de légionnaires.

À travers l'histoire, les gens ont aussi été tatoués de force pour de nombreuses raisons. La plus connue est l'identification ka-tzetnik dans les camps de concentration pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Dans les années 1970 un véritable engouement pour le tatouage est né et a connu une forte amplification vingt ans plus tard. Le tatouage n'est plus alors une manière d'afficher son appartenance à un groupe, à une tribu ou à un quartier. C'est un moyen de revendiquer son originalité, de séduire, de s'embellir, de provoquer.

Un tatouage correspond souvent à un moment important de la vie, agréable ou douloureux. Les adolescents le vivent comme un rite de passage et agissent parfois sur une impulsion qu'ils regrettent plus tard.

Le lieu de l'inscription, creux des reins, dos, poitrine, cheville, épaule, voire main ou visage a également une importante signification.

Enfin, des « tatouages » sont appliqués pour faciliter la reproductibilité de certaines thérapies médicales. En radiothérapie externe, des tracés persistants sont appliqués sur la peau (notamment à l'aide de fuschine) tandis que les tatouages permanents se réduisent à de simples points appliqués à l'aide d'une petite aiguille trempée dans l'encre de Chine. Le but de ces tatouages est de fixer les champs à la peau qui correspondent à la zone tumorale à irradier.

Des tatouages sont aussi placés sur des animaux, cependant très rarement pour des raisons décoratives. Pour les animaux de compagnie ils servent à l'identification. Certains mufles sont traités pour éviter les coups de soleil.

Haut de page

TATOUAGES CONTRAINTS

Dans l'Antiquité, Polybius rasa la tête de son esclave puis tatoua un message a transmettre sur son crâne, puis attendit la repousse des cheveux avant d'envoyer l'esclave vers son destinataire.

Durant la Seconde Guerre mondiale, les nazis marquèrent une partie des déportés des camps de concentration et d'extermination d'un tatouage, sur l'avant-bras, d'un numéro matricule. Ce fut particulièrement le cas à Auschwitz.

Dans ce cadre, le tatouage contraint participait d'une entreprise de déshumanisation.

Après la guerre, les survivants des camps eurent des réactions différentes : si la majorité d'entre eux les conservèrent, certains se les firent enlever.

Ces tatouages, figurant sur certains corps à la Faculté de Médecine, permettant d'identifier l'origine criminelle des corps des victimes de l'extermination, furent excisés afin d'empêcher de reconnaître leur origine.

Les nazis dans les camp prélevèrent certains tatouages (hors matricule de camp) afin d'en faire une collection morbide après les avoir tannés à la manière de parchemin. Ainsi au camp de Buchenwald, Ilse Koch, une femme de SS, faisait la collection de tatouages. Elle se promenait à cheval dans le camp et repérait les détenus possédant des tatouages. Ces déportés étaient alors assassinés et au moyen d'un produit spécial, le tatouage était récupéré pour compléter sa collection. A la libération du camp, elle possédait 142 tatouages.

Par ailleurs, les soldats de la Waffen-SS étaient aussi tatoués. Ils recevaient leur groupe sanguin sur la face intérieure du biceps du bras gauche. Ce tatouage était surnommé "Kainsmal" - la "Marque de Caïn" (allusion à la marque que Dieu apposa sur Caïn afin de l'empêcher d'être tué et de fuir à jamais) et ne comportait qu'une seule lettre. Contrairement à la légende, aucune autre inscription, matricule ou unité militaire n'étaient tatoués. Ceci permit d'en identifier facilement quelques-uns après la guerre.

Haut de page

PROCEDURE

Quelques cultures tribales créent des tatouages en coupant la peau et en frottant ensuite la blessure avec de l'encre, des cendres ou d'autres agents. Cela peut être un complément à la scarification. Quelques cultures créent des marques de tatouage en frappant l'encre dans la peau avec des os aiguisés.

De nos jours, la méthode ordinaire est d'introduire l'encre avec un dermographe.

Un dermographe est composé d'aiguilles attachées à une barre avec un canon électrique. Lorsqu'il est enclenché, les pointes se déplacent rapidement de haut en bas et l'action des aiguilles permet l'insertion de l'encre sous la couche la plus haute de l'épiderme. Il agit suivant un principe électromagnétique, à la manière des anciennes sonnettes de porte. Les dermographes sont fabriquées par de nombreuses petites et moyennes entreprises dans le monde.

Haut de page

Historique : articles tirés (2008) de http://www.wikipédia.org

 

Quelques styles de tatouage

Asiatique : inspiré de l'art asiatique (dragons, poissons, bouddha, kanji, etc.)

Biomécanique : tatouage abstrait incorporant des composants mécaniques

Celtique : rappelle l'art celtique (entrelacs, croix celtiques, créatures mythologiques, etc.)

Custom (ou personnalisé) : tatouage sur-mesure, il peut être conçu par le client, en collaboration avec un artiste pour donner un tatouage unique ;

Flash : modèles proposés dans les studios de tatouage. Souvent classés par style ou par tatoueurs/studio réputés (Bad Bones, Coop, Paul Booth, Guy Aitchison…)

Modern primitif : tribaux abstraits comportant de grandes surfaces noires

New school : voir definition de old school, version moderne

old-school ou "traditionnel" : motifs d'inspiration rock'n'roll, pin-up, années 50, etc... executés selon les principes traditionnels occidentaux : contours épais, fortes ombres noires, usage de couleurs primaires vives

Réaliste : motifs exécutés de la manière la plus réaliste qui soit

Tribal : graphismes en lignes épaisses, le plus souvent en noir, inspirés des tatouages primitifs en général


Haut de page

Cette rubrique a pour but d'agrémenter le site en traçant une historique du tatouage, définissant certains style de tatouage et en expliquant la signification de certains dessins. Non-exhaustive, et ouverte à toutes propositions extérieures, n'hésitez pas à me contacter pour y apporter votre contribution.

 

A - B - C - D - E - F - G - H - J - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - Y

ABEILLE :
Le travail, l'action intelligente

AIGLE :
Oiseau roi, le plus important de la culture indienne, il symbolise la puissance, la guerre ainsi que l'élévation spirituelle

AIR :
L'élèment céleste symbolise l'élévation spirituelle.

ALPHA :
Le commencement

ANCRE :
La sécurité, l'espoir, le salut et l'espérance.

ANEMONE :
La mort

ARAIGNEE :
Elle symbolise le temps infini mais aussi la puissance créatrice.

ARBRE :
L'immortalité, la nature, l'univers on parle d'arbre cosmique ou d'arbre de vie (Yggdrasill dans la mythologie Odiniste).

ARC :
La force et la virilité.

AS DE PIQUE :
Associé au "Born to Loose". La mort (carte la plus forte qui prévaut sur toutes les autres)

AS DE TREFLE :
L'argent dans un jeu de carte

AUM ou Om tibétain/hindouiste :
La signification du aum est divisée en 4 parties:
- le genre de 3 est divisé en 2, la boucle du haut symbolise l'inconscience,
- la boucle du bas symbolise le monde matériel de la conscience,
- la boucle de droite symbolise l'état de rêve entre veille et sommeil,
- le point symbolise la conscience absolue.

BLANC :
La pureté, mais aussi la couleur du deuil en Chine.

BLEU :
La sérénite, la candeur.

BOULE DE BILLARD 8 :
La chance dans la vie. Le dernier à mourir ou la mort tout simplement (dernière boule à rentrer au billard).

Haut de rubrique

CARPE :
Très présente dans le tatouage japonais, elle représente généralement la bravoure et le stoïcisme.

CARREAU :
Cette couleur de carte correspond à la famille et a la santé.

CASQUE :
Oppressions et pensées cachées.

CEDRE :
L'arbre symbolisant l'orgueil dans la bible.

CENTAURE :
La fête jusqu'à n'en plus pouvoir. La connaissance de la nature.

CERISES :
L'amour physique.

CERF :
La vie par l'analogie que l'on peut voir entre ses bois et l'arbre de vie. La chasse et bien entendu Saint Hubert.

CHAINES :
Elles sont soit brisées et représentent une libération tant physique que morale. Soit intactes, symbolisant un asservissement quelconque, une aliénation.

CHAT :
Associé à la magie et au mauvais présage, il illustre à merveille l'opposition entre la fourrure douce et le tranchant de ses griffes.

CHAUVE SOURIS :
Bonheur et longévité en Orient mais aussi le mystère pour les Occidentaux

CHEVAL :
S'il était blanc, il symbolisait la mort dans l'esprit des Celtes. Compagnon et ami de l'homme, c'est un animal de la terre et du soleil pour les Indiens d'Amérique. En Inde, il illustre la royauté.

CHEVALIER :
Justice, honneur, agressivité et civilisation.

CHIEN :
Fidélité et protection. Les gitans pensent que s'il vous apparaît en rêve, il présage qu'un proche vous veut du mal. Pour les Celtes c'était l'animal des morts.

CINQ :
Les cinq piliers de l'Islam, les cinq doigts de la main mais aussi les cinq éléments des Chinois qui ajoutent le bois aux quatre éléments que nous considérons comme essentiels, eau, feu, métal et terre.

CLOWN :
Dérision bien sûr, mais aussi tristesse et ironie. Tout dépend de son faciès. C'est aussi un caméléon qui bouscule le monde des adultes et ses certitudes.

COEUR :
Amour sous réserve qu'il ne soit pas arraché ou encore sanguinolent.

COLOMBE :
Signe de la paix universelle et du messager. Les Chinois lui attribuent des vertus pour la prospérité des voyages mais aussi une association à la lune ainsi qu'aux femmes.

COQUILLAGE :
Emblème chinois, le coquillage signifie voyage prospère, lune, femme ou trésor caché.

CORBEAU :
Connaissance cachée. C’était le messager et l'espion des Dieux dans la mythologie Viking. Ceux-ci y voyait un présage de victoire s’ils en apercevaient avant un combat..

CORNEILLE :
Elle se rattache au renouveau. Messagère des Dieux.

CRABE :
Fuite et la maladie.

CRANE :
Symbole de mort, mais aussi de courage. L'association avec un personnage dénote un caractère philosophique voire mystique.

CRANE MEXICAIN :
Représentation du "sugar skull" (tête de mort en sucre), confiserie réalisée au Mexique pour "El dia de los muertos", la fête des morts. Ce que nous appelons la Toussaint est chez eux synonyme de fête. Ils vont dans les cimetières, dansent, chantent et mangent, pour fêter les morts.

CROCODILE :
Connaissance et puissance du mal, il symbolise aussi la colère dans l'Égypte antique.

CROISSANT DE LUNE :
Transformation et renaissance, c'est le pouvoir féminin.

CROIX :
Sûrement le symbole le plus ancien de l'humanité, il date de milliers d'années avant JC. Sacrifice et amour pour les chrétiens, elle devient équilibre des forces naturelles pour les païens. (croix au dessus de trois marches : liberté)

CROIX GAMMEE (Hevoud, Swastika, etc…) :
Symbole ésotérique, magique ou religions de différentes origines (celte, hindou, etc…), elle fonctionne dans 2 sens : un positif et un négatif. Celles, dont les branches pointent dans le sens des aiguilles d'une montre, illustre les mouvements du soleil dans le ciel. En sens inverse, elle symbolise le fait d'aller à l'encontre de l'ordre naturel des choses ou de l'ordre établi (celle-ci a d’ailleurs été rendu tristement célèbre avec le 3ème Reich qui s’était accaparé ce symbole dans ce sens).

Haut de rubrique

DAUPHIN :
Figure emblématique du sauveur. Il dénote un caractère complaisant dans les émotions et expériences contradictoires. C'est néanmoins toujours un bienfaiteur.

DES :
Chance ou malchance. Si l'une des faces comporte un 5, il peut signifier alors un passage en prison (un point au centre de 4 autres poins = une personne entre 4 murs)

DEMEMBREMENT :
Dans de nombreux mythes, des dieux sont découpés en morceaux, puis reconstitués. C'est le symbole de la victoire sur la mort.

DEUX :
Alternative et dualité. Dès l'antiquité il symbolise la femme.

DÉMON :
Besoins violents de plaisirs charnels. Enchaînement volontaire.

DIANE :
Déesse de la chasse, c'est l'emblème de la puissance et de la liberté.

DIONYSOS :
Le dieu romain du vin et de l'agriculture est souvent dépeint chevauchant un âne, et paré de grappe de raisin. Cette image symbolise le plaisir et la fertilité

DIX :
Il symbolise surtout les 10 commandements.

DOUZE :
L’universalité des douze signes du zodiaque.

DRAGON :
Force et pouvoir, le dragon est le maître de l'air et du feu. Il peut être bon ou mauvais. La perle qu'il enserre dans une de ses griffes représente sa quête de la pureté. En orient, le dragon signifie l'arrivée du printemps.

Haut de rubrique

EAU :
Régénératrice et source de vie, elle est avant tout purificatrice dans de nombreuses cultures.

ELEPHANT :
Ganesh est le dieu éléphant indien représentant la sagesse, il est en général accompagné d'une souris.

EPEE :
Justice et honneur. Énergie du feu.

ETOILES :
Symboles du spirituel et de l'inspiration. Utilisées en navigation, elles illustrent la capacité à trouver une solution à un problème.
Au nombril : maîtrise du désir
Dans le dos : liberté
Aux chevilles/Pieds : confiance & foi en soi
Au bras : refus du lien
A la poitrine : lien amoureux
Dans le bas du dos : appel à la sensualité
Sur la aine : invitation à la douceur/tendresse
Sur la jambe (genoux/cuisses) : appel au lien
Derrière les genoux : appel à la souffrance et l'idée qu'elle rend plus fort

ETOILE BICOLORE (old school) :
C'est en fait l'étoile du nord, un repère utilisé en navigation. Capacité à trouver une solution à un problème.

Haut de rubrique

FAUCHEUSE :
Représentation de la mort

FAUCON :
En Égypte, il représente l'âme. Il évoque aussi la discipline personnelle. Tout comme l'aigle il symbolise la puissance, la guerre ainsi que l'élévation spirituelle.

FEE :
Croyance en des pouvoirs surnaturels bons ou mauvais selon qu'elle sera Mélusine ou Carabosse.

FEU :
Destructeur mais aussi protecteur. Modération, volonté et énergie

FEUILLE :
Dans l'iconographie chinoise où elle illustre la joie.

FLECHE :
Les rayons du soleil pour les Grecs et les Romains. Vecteurs de messages divins. Si l'on lui donne une signification phallique, le coeur percé prend alors toute sa signification.

FLEUR :
En plus de symboliser le printemps, chaque fleur a sa signification propre que vous pouvez consulter ci-dessous :

Amaryllis : Fierté, Anémone : Persévérance, Azalée : Amour timide et joie d'aimer, Arum : Représente l'Âme, Aster : Amour confiant, Belle de Jour : Coquetterie, Belle de Nuit : Discrétion, Bégonia : Cordialité, Bleuet : Timidité, Bruyère : Rêverie solitaire, Bouton d'or : Joie, plaisir de vivre, Boule de Neige : Fierté, Satisfaction, Camélia : Estime, admiration, romantisme et constance, Capucine : Flamme d'amour, Chèvrefeuille : Liens d'amour, ou d'amitié, Chrysanthème : Fin d'un amour, Colchique d'automne : Beaux jours passés, Jalousie, Clématite : Joie et allégresse, Cyclamen : Sentiments durables, beauté, Corbeille d'argent : Indifférence, Coquelicot : Fragilité, Coucou : Retard, Dahlia : Reconnaissance, nouveauté, Edelweiss : Souvenir, noblesse, Eglantine : Bonheur passager, Fougère : Sincérité, Freesia : Résistance, Fusain : Souvenir constant, Fuchsia : Amour passion, Gardénia : Sincérité, Géranium : Sentiments contrariés, Giroflée : Compassion, constance, dignité, Hortensia : Froideur, caprice, insouciance, Houx : Insensibilité, Immortelle : Souvenir, constance, regrets, Impatience : Impatience, Iris : Bonne nouvelle, message, jeune coeur, Jacinthe : Grâce et douceur, Jasmin : Sympathie, Jonquille : Affection, Mélancolie, Lavande : Tendresse, loyauté, silence, Lierre : Attachement, Lilas : Tendre émotion, amitié, Lys : Pureté, harmonie, innocence, dignité, espérance, pureté, Liseron : Importunité, Marguerite : Fidélité, simplicité, Menthe : Souvenir, espoir, Millepertuis : Retard, patience, Mimosa : Amour platonique, Muguet : Retour au bonheur, Myosotis : Souvenir fidèle, Narcisse : Indifférence, égoïsme, haute considération pour soi-même, Nénuphar : Froideur, Oeillet : Liberté, amour vide et pur, Oranger : Virginité, Orchidée : Raffinement, ferveur, ambition, Ortie : Cruauté, Pâquerette : Affection partagée, Aspiration, Pavot : Songes, rêves, Pensée : Pensée affectueuse, Pervenche : Amitié sûre, mélancolie, Pivoine: Confusion, Pois de senteurs : Délicatesse, Primevère : Jeunesse, Rose Rouge : Passion, Rose Rose : Amour, Rose Blanche : Pureté et raffinement, Rose Jaune : Amour qui s'enfuit et infidélité, Rose en bouton : Promesses, Rose pompon : Gentillesse, Rhododendron : Elégance, Renoncules : Reproches, réflexion, Tulipe : Amour puissant, déclaration, Trèfle : Incertitude, Violette : Modestie, amour caché, innocence, humilité, Yucca : Ardeur en secret,

FOSSILE :
Symbolise le développement et la détérioration inéluctable.

FRUITS :
En corne d'abondance ils annoncent prospérité et richesse. De façon moins marquée, ils dénotent un matérialisme forcené.

FUMEE :
La prospérité du foyer mais aussi la passion inavouée.

GARGOUILLE :
Symbole puissant de protection.

GRENOUILLE :
Symbole de renouveau et de fertilité.

GRIFFON :
Il représente souvent le combat entre Satan et Jésus Christ.

Haut de rubrique

HACHE :
Symbole du triomphe de la justice sur la force.

HIBOU :
La sagesse

HIRONDELLE :
La chance pour les marins. La fidélité, la liberté. Dans la mythologie celtique, l'hirondelle apparaît liée à un symbolisme de la fécondité et de l'alternance. L'hirondelle est le symbole du renoncement et de la bonne compagnie dans l'Islam. Chez les Persans, le gazouillement de l'hirondelle sépare les voisins et les camarades, elle signifie solitude.

HUIT :
Les chinois voient beaucoup de choses par huit, les directions, les montagnes, les vents.... Il symbolise le salut.

JAUNE :
S'il a tendance à verdir, il dénotera jalousie, trahison et défiance. Son aspect orangé le rapprochera de l'intelligence et de la sagesse.

JEUX de CARTES :
Le hasard "Qui perd gagne"...Et les joueurs connaissent tous le "Je te Pique ton Coeur, prend ton Treffle, et te laisse sur le Carreau"

JOUET :
Symbole de la tentation, du jeu et des restes de l'enfance.

LICORNE :
La chasteté et la pureté.

LIERRE :
Symbole de protection pour les femmes. Symbole également d'attachement.

LION :
Sa symbolique dénote puissance, vigilance, immortalité et bien sûr courage.

LOTUS :
Le sexe féminin pour les tantriques, il symbolise l'astre solaire en Inde sous réserve d'être ouvert, à contrario fermé ou en bouton il sera lunaire. Pour les brahmanes, c'est la création. Les bouddhistes y voient pureté et harmonie. C'est la fleur d'été des chinois.

LOUP :
Si pour beaucoup il est férocité et méchanceté, d'autres y verront sa fidélité de couple exemplaire.

LUNE :
Les rythmes de la vie.

Haut de rubrique

MAIN :
La droite sera bonne, la gauche mauvaise. Intelligence et création.

MONSTRE :
Symbole de Chaos, de nature incontrôlable et de rébellion contre la nature.

MORSURE :
Une image montrant des dents ou comme c'est le cas de la "déchirure" en tatouage,symbolise le combat de l'instinct et de la conscience,ainsi qu'un besoin violent de proclamer la vérité.

NAVIRE :
Symbolise un voyage significatif

NEUF :
Super perfection pour ce carré de trois qui la symbolise déjà.

NOIR :
La couleur du deuil presque universelle et de ce fait le démon, la mort, la pénitence.

NUAGE :
Il sera rêveur ou messager.

Haut de rubrique

OEIL :
Il peut-être mauvais comme chacun sait mais aussi protecteur. Intuition chez les indiens.

OISEAU :
N'importe quelle créature ailée symbolise le voyage spirituel. Ils représente souvent la liberté et le détachement d'une relation mauvaise ou d'une situation mauvaise. La couleur de l'oiseau est également importante: le noir signifie le malheur, le rouge le succès, le bleu la guérison ou le message, le jaune la chance.

OMÉGA :
Fin

OR :
Symbolise la réalisation de tous vos projets.

OS :
La stabilité des fondation, l'endurance.

OURS :
Bonhomie, chance et ignorance.

Haut de rubrique

PALMIER :
Il symbolisait la victoire au sein des troupes romaines.

PAN :
Pan représente la nature et le sexe,et l'appréciation des petite choses de la vie. Il est aussi le dieu des hors-la-loi

PAPILLON :
Le côté éphémère des choses, mais aussi l'âme et son immortalité.

PERROQUET :
Les couleurs de son plumage s'identifient aux éléments de la vie, soleil, eau, feu... La beauté de la vie. Les horizons lointains.

PHOENIX :
Symbole parfait pour celui qui repart a zéro.

PIEUVRE :
Elle est le symbole de la toute puissance de la nature et de celle du subconscient.

PIQUE :
Ennuis et problèmes pour les gitans, c'est de toutes les façons la mauvaise carte.

PLUME :
Créativité, renouveau et élévation spirituelle.

POISSON :
Les poisons sont associes aux rêves et aux visions. Ils sont le symbole parfait de la confiance et de la capacité de "flotter" dans le sens du courant de la vie. Ils sont aussi l'image de la foi pour les Chrétiens.

POMME :
L'immortalité perdue de l'humanité. Elle peut être celle de la discorde.

Haut de rubrique

QUATRE :
Stabilité et universalité.

REQUIN :
Représente un esprit combatif

ROSE :
Généralement associé à la fécondité. A voir aussi d’autres symboliques dans le langage des FLEURS

ROUGE :
Le feu, le sang, la vie.

SALAMANDRE :
Elle symbolise le feu.

SANG : Énergie vitale. Souffrance.

SCARABÉE :
Le soleil, sa force, la renaissance.

SCORPION :
Fertilité et pouvoir de guérison.

SEPT :
Magie, plénitude et mystère.

SERPENT :
Symbole du mal, connaissance, sagesse.

SINGE :
Il était satanique pour les chrétiens du Moyen-Âge. C'est aussi pour les égyptiens le dieu de la sagesse et du savoir.

SIRÈNE :
Tentation et séduction. Attrait pour la richesse.

SIX :
Puissance et création.

SOLEIL :
Le sacré mais aussi la vie, sa symbolique différera selon le motif annexe, nuage, lune, lever, coucher.

SPHINX :
Sagesse, mort et volupté.

Haut de rubrique

TAUREAU :
Fécondité, puissance et force pour le porteur tout comme pour le natif.

TERRE :
Universalité, fertilité et fécondité.

TIGRE :
C'est en Extrême-Orient le seigneur des animaux. Férocité, force et puissance.

TIKI :
En provenance du tatouage polynésien, symbolise l'ancêtre mi-humain mi-dieu qui fut le premier homme. C'est ce personnage mythique qui engendra les humains.

TOILE d'ARAIGNÉE :
Renaissance et refus de l'ordre établi. C'est un symbole très usité, voire galvaudé.

TORTUE :
Fécondité en Polynésie, longévité.

TRÈFLE :
A quatre feuilles, il symbolise la chance

TREIZE :
chance ou pas, à vous de voir....

TROIS :
Harmonie et perfection, c'est le tout chez les bouddhistes.

UN :
Symbole de l'eau pour les chinois.

VERT :
Espérance et renaissance.

YIN YANG :
Opposition relative des contraires. Harmonie et totalité.

Haut de rubrique

Salutations particulière à http://vilatattoo.free.fr/signification.php

Cette rubrique a pour but d'agrémenter le site en traçant une historique du tatouage, définissant certains style de tatouage et en expliquant la signification de certains dessins. Non-exhaustive, et ouverte à toutes propositions extérieures, n'hésitez pas à me contacter pour y apporter votre contribution.
 


haut de page

 

Nicko DM, membre du S.N.A.T, respecte le texte d'application du décret du 19 février 2008 (arrêté du 11 mars 2009 relatif aux bonnes pratiques d'hygiène et de salubrité pour la mise en oeuvre des techniques de tatouage par effraction cutanée).

Notamment en garantissant les meilleures conditions d'hygiène, et en garantissant un matériel stérilisé à usage unique :
- Des aiguilles stérilisées pour tatouage à usage unique
- Des pinces, tubes, manchons et buses stérilisés à usage unique
- Des godets pour contenir l'encre, à usage unique
- Des gants de protection à usage unique
- Des surfaces désinfectées et matériaux stériles
- Une feuille d'information au public et de soins tatouage donnée et expliquée au client avant le rendez-vous

- Attestation de Formation réglementaire aux conditions d'hygiène et de salubrité délivré par Defitem le 25 février 2011
- Attestation de compétence au maquillage permanent passée auprès d'un organisme habilité par l'ARS (Mumu le petit salon) en mars 2016


haut de sommaire

 

Arrêté du 3 décembre 2008 relatif à l’information préalable à la mise en oeuvre des techniques de tatouage par effraction cutanée, de maquillage permanent et de perçage corporel

Cette information doit contenir les éléments suivants :
- le caractère irréversible des tatouages impliquant une modification corporelle définitive,
- la douleur
- les risques d’infections,
- les risques allergiques notamment liés aux encres de tatouage,
- les recherches de contre-indications,
- le temps de cicatrisation et les risques cicatriciels,
- les précautions à respecter après la réalisation du tatouage.

Cette information doit être donnée avant tout acte de tatouage, mais également affichée de manière visible et remise par écrit aux clients.

Tatouages, maquillages permanents, piercings : quels risques, quelles précautions ?
Le décret n°2008-149 du 19 février 2008 réglemente la mise en oeuvre des techniques de tatouage, de maquillage permanent et de perçage en exigeant des professionnels qu’ils respectent les règles générales d’hygiène et de salubrité, ceci en vue de réduire le risque de contamination.

L’article R.1311-12 du code de la santé publique, issu de ce décret, prévoit notamment que les professionnels « informent leurs clients, avant qu’ils se soumettent à ces techniques, des risques auxquels ils s’exposent et, après la réalisation de ces techniques, des précautions à respecter ». Le contenu de cette information est le suivant :

Quels sont les risques ?
- Chaque acte qui implique une effraction cutanée (piercing, tatouage et maquillage permanent notamment) peut être à l’origine d’infections si la peau de la personne sur laquelle l’acte est réalisé n’est pas désinfectée, si le matériel pénétrant la barrière cutanée n’est pas stérile ou si l’ensemble des règles d’hygiène n’est pas respecté.
- Tous les piercings, quelle que soit la partie du corps, les tatouages et maquillages permanents entraînent de minimes saignements ou de microscopiques projections de sang ou de liquides biologiques (pas toujours visibles) et peuvent donc transmettre des infections (bactériennes le plus souvent mais aussi les virus des hépatites B et C et également virus du sida). L’infection peut passer de client à client par le biais des instruments s’ils ne sont pas correctement stérilisés, mais aussi de l’opérateur vers le client et enfin du client vers l’opérateur en cas de piqûre accidentelle.
- L’état de santé du client, en particulier un traitement en cours (anticoagulant...), peut contre-indiquer l’acte envisagé notamment en cas de terrain allergique aux produits et matériels utilisés (encres de tatouage et métaux des bijoux de pose). Il est conseillé d’en discuter préalablement avec le professionnel et son médecin traitant.

Quels sont les précautions de base à respecter après l’acte ?
- Le client doit veiller aux règles d’hygiène corporelle. Les soins locaux constituent un facteur important de la durée et la qualité de la cicatrisation.
- L’exposition à certains environnements peut être déconseillée.
- L’application d’une solution antiseptique est recommandée durant les premiers jours après l’acte.
- Pour toute interrogation, il est conseillé de prendre contact avec le professionnel qui a réalisé l’acte. En cas de complication, il est important de consulter un médecin.

haut de sommaire

 

La Loi du 9 août 2004 a inséré la définition des encres dans le Code de la Santé Publique : “On entend par produits de tatouage toute substance ou préparation colorante destinée, par effraction cutanée, à créer une marque sur les parties superficielles du corps humain [...]”. Le décret du 19 février 2008 fixe les conditions d'hygiène relatives aux pratiques du tatouage et du perçage.

Synthèse du décret du 19 février 2008

1° Tatouage, "maquillage permanent" et "perçage corporel" sont soumis aux mêmes règles d'hygiène.

2° Le "perçage du pavillon de l'oreille et de l'aile du nez réalisé par la technique du pistolet perce-oreille" fait l'objet de dispositions spécifiques. Les personnes qui réalisent ce "type" de perçage ne sont soumis à aucune formation à l'hygiène.

3° Tatouage et "perçage corporel" devront être déclarés en Préfecture. Toute cessation d'activité devra être déclarée de même.

4° Tatoueurs et perceurs devront suivre une formation à l'hygiène (attestation de suivi de formation DEFITEM obtenue le 01/03/11 pour NDM)

5° Deux grandes règles générales d'hygiène ont été énoncées :
"- le matériel pénétrant la barrière cutanée ou entrant en contact avec la peau ou la muqueuse du client et les supports directs de ce matériel sont soit à usage unique et stériles, soit stérilisés avant chaque utilisation ;
"- les locaux comprennent une salle exclusivement réservée à la réalisation de ces techniques."

6° Les déchets produits sont assimilés aux DASRI (déchets d'activités de soins à risques infectieux) et doivent être éliminés selon les mêmes dispositions (à savoir "Déchets d'activités de soins (DASRI) : réglementation"). Le contrôle de ces dispositions sera assuré par les DDASS. Cette règle entre en vigueur 6 mois après la publication du décret.

7° Les produits de tatouage doivent respecter des règles précises, définies par décret du 3 mars 2008

8° Tatouage et piercing sont interdits sur une personne mineure sans le consentement écrit d'un parent ou tuteur légal. Les professionnels doivent conserver la preuve de ce consentement pendant 3 ans après l'acte. Cette disposition est applicable immédiatement.

9° Tatoueurs et perceurs doivent informer leurs clients, avant l'acte, des risques auxquels ils s'exposent et, après la réalisation de ces techniques, des précautions à respecter. Cette information doit également être affichée de manière visible et doit être remise par écrit aux clients. Le contenu et l'entrée en vigueur de cette information.

10° Les professionnels qui ne respecteront pas les différentes mesures exigées s'exposeront à des contraventions de 5e classe, soit des amendes pouvant aller jusqu'à 1500 euros.

Quatre arrêtés (de décembre 2008) apportent les éléments d'application du décret du 19 février 2008 : information du public, formation des professionnels à l'hygiène, déclaration en préfecture, et règles d'hygiène à respecter.

haut de sommaire